top of page

Les nomades de la mer indonésiens


Sea Gypsies Indonesian culture
Enfants Bajau. photo credit : NG Choo Kia

Qui sont les nomades de la mer?

Dans de nombreux pays, il existe des gens du voyage, des tribus nomades qui se déplacent au gré des saisons et vivent dans leurs bateaux, se réunissant en clans à différentes périodes de l'année. En Asie du Sud-Est, avec sa myriade d'îles, les gitans de la mer ont un mode de vie similaire, mais sur l'océan. Les plus célèbres sont probablement les Moken du sud de la Thaïlande, même si, comme nous le verrons, l'Indonésie compte davantage de tribus d'"Orang Laut" (littéralement : peuple de la mer). On les trouve également en Malaisie, aux Philippines et en Birmanie. Ces tribus se décrivent comme "naissant, vivant et meurent sur leurs bateaux, et les cordons ombilicaux de leurs enfants plongent dans la mer". Ils ne passent généralement que quelques mois sur la terre ferme, pendant la période la plus humide de la mousson. Les enfants apprennent à nager avant de savoir marcher et ont des capacités aquatiques exceptionnelles. En fait, certaines tribus ont même évolué physiquement pour être encore plus efficaces dans l'eau.



Peuples de mer d'Indonésie

L'Indonésie compte d'importantes populations de deux des trois tribus de "gitans de la mer" de l'Asie du Sud-Est. Ces tribus sont les Orang Laut (littéralement "peuple de la mer") et les Sama Bajau. En Thaïlande et en Birmanie, le peuple Moken règne sur les mers.




Comme le montre la carte, les Orang Laut et les Sama Bajau sont répartis en Indonésie, en Malaisie, à Singapour, aux Philippines et dans le sultana de Brunei. En Indonésie, la population Sama Bajau compte 345,000 personnes. Bien que les données soient incomplètes, la population de la principale tribu Orang laut, les Desin Dolak (ou orang kuala), atteindrait environ 17,500 personnes. Chaque grande tribu est divisée en une multitude de sous-tribus plus petites.


sea people Indonesian culture
Maison bateau traditionell ( Bajau Tribe)


Vie quotidienne

Bien que leur mode de vie traditionnel soit très menacé, certains membres de la tribu s'en tiennent toujours à l'ancien mode de vie". Traditionnellement, une famille (généralement 5 personnes) vivait sur un bateau-maison. Les bateaux-maisons se déplacent ensemble en tant que "flottille de clan" avec les bateaux des autres membres de la famille et ils s'entraident tous pour la pêche ou l'organisation de cérémonies religieuses. Le clan choisi par la famille nucléaire peut être celui du mari ou de la femme.


À certaines périodes de l'année, leur flottille se retrouve avec d'autres (qui peuvent également être de la même famille) à des points d'amarrage communs, souvent près de points d'eau douce et de cimetières insulaires. Il s'agit souvent de cérémonies spéciales et de mariages. Les gitans de la mer ne naviguent souvent pas très loin ; par exemple, la tribu Sama bajau s'éloigne rarement de plus de 40 km de son point d'ancrage. Cependant, comme ils sont apatrides, ils ont l'habitude de franchir les frontières nationales de la région, bien que cette pratique soit de plus en plus réglementée.



De nos jours, la plupart des tribus de gitans de la mer vivent dans des maisons sur pilotis près de leur port d'attache, ou bien là où ils sont autorisés à s'installer.


Ce sont des pêcheurs très compétents et leur connaissance approfondie de la mer leur permet de capturer suffisamment de poissons pour se nourrir et un peu plus pour les échanger contre du riz ou les vendre. Ils sont souvent embauchés pour aider à la pêche, à la pose des filets et à d'autres activités liées à la mer.





Indonesian culture sea people ocean
Femme Bajau lady dansant sur un bateau traditionnel, photo credit shutterstock

Des adaptations physiques incroyables.

Les gitans des mers apprennent à nager avant de savoir marcher et passent énormément de temps à plonger en apnée et à évoluer dans l'eau. Grâce à cela, leur corps a évolué, ce qui en fait des plongeurs encore plus performants. Les scientifiques ont étudié les incroyables adaptations physiques qui ont amélioré les capacités des gitans de mer sous l'eau.



Des yeux qui voient mieux sous l'eau


Une célèbre étude menée par deux spécialistes des tribus de la mer a montré que les enfants Moken voyaient deux fois mieux sous l'eau que les enfants européens. La raison en est, outre l'adaptation permettant de réduire les rougeurs, l'irritation et la réaction à l'eau de mer, que les pupilles des enfants Moken se contractent au maximum sous l'eau, ce qui leur permet de voir beaucoup mieux et de se concentrer sur les petits coquillages et autres aliments qu'ils ont l'habitude de chercher. Il a été démontré qu'avec de l'entraînement, d'autres humains peuvent également y parvenir et que cette capacité finit par disparaître si elle n'est pas utilisée régulièrement.

Cependant, les gitans des mers développent naturellement cette capacité en en ayant constamment besoin. Il est intéressant de noter que cette capacité est moins fréquente chez les adultes, car le "durcissement" de l'œil après la puberté rend ces contractions extrêmes de la pupille plus difficiles.



Des humains avec des écailles


Dans des notes non publiées, l'une des personnes ayant le plus étudié les gitans de la mer (et coauteur de l'étude mentionnée au paragraphe précédent) a observé que la peau de ces peuples de l'eau réagissait apparemment à une exposition prolongée à l'eau de mer en développant une couche blanche ressemblant à des écailles, dont l'aspect ressemblait quelque peu à celui de l'ichtyose, une maladie dermatologique héréditaire. Ce phénomène n'a été observé que chez les Suku Laut à Riau, dans l'ouest de l'Indonésie, et chez les Bajau à Sulawesi, dans l'est, mais pas chez les Moken à Ko Surin. La peau redevenait normale après plusieurs mois de lavage à l'eau douce lors d'un séjour sur la terre ferme.


Une rate plus grande grâce à la sélection naturelle.


Une étude réalisée en 2018 a montré que la rate des Bajau est environ 50 % plus grande que celle d'un groupe terrestre voisin, les Saluan, ce qui leur permet de stocker davantage de sang riche en hémoglobine, qui est expulsée dans la circulation sanguine lorsque la rate se contracte en profondeur, permettant ainsi des plongées en apnée de plus longue durée. Après plus de mille ans de plongée en apnée, l'hypothèse des scientifiques est qu'il s'agit d'une évolution due à la sélection naturelle. Le peuple Bajau semble avoir sélectionné "naturellement" un certain nombre de gènes liés à une meilleure plongée en apnée et à une meilleure réaction à l'hypoxie.


Et de plus

Ces tribus marines ont le plus long temps d'apnée quotidien rapporté chez les humains, parfois 5 heures par jour ( ! ), et dans certaines tribus comme les Sama Bajau, certains individus se percent les tympans dès leur plus jeune âge pour ne pas avoir à se préoccuper de l'égalisation, ce qui les rend malentendants assez tot !




Sumbawa Bajau people sea gypsies Indonesian culture
L'île deBugin à Sumbawa. La plupart des Bajau vivent dans des villages sur pilotis de nos jours.


Un mode de vie en voie de disparition.

Le mode de vie traditionnel de ces populations, pour la plupart apatrides, s'accommode mal de la modernisation. Les tribus maritimes d'Asie du Sud-Est deviennent de plus en plus sédentaires, la modernisation et la sédentarisation s'accompagnent de la pauvreté. La pauvreté s'accompagne de pratiques de pêche destructrices - et dangereuses pour les utilisateurs - ainsi que de la destruction des palétuviers.

Les ONG environnementales et sociales d'Indonésie, de Thaïlande, de Malaisie et des Philippines ont commencé à apporter leur soutien pour aider ces populations nomades à s'adapter de manière plus durable aux modes de vie modernes et à accéder à l'éducation et aux services de santé.

Certains pays ont adopté des programmes de sédentarisation à l'intérieur et à l'extérieur des terres, très critiqués, tandis que d'autres, comme l'Indonésie, se sont engagés à donner aux gitans de la mer un statut spécial tout en les aidant à mieux s'insérer dans la société moderne. Ces fiers marins ont besoin de toute l'aide des gouvernements pour protéger leur formidable culture et pour continuer à survivre, ou plutôt à exister, avec dignité dans le monde d'aujourd'hui.



P.S :Pour vous faire une idée de la vie d'un enfant Bajau, regardez le film "The mirror never lies" ("Lautan Bercermin", littéralement : l'océan reflète).













Comentarios


bottom of page